dimanche 15 septembre 2013

Time riders 5 de Alex Scarrow

 


* Chez Nathan Jeunesse
* Sortie : Mai 2013
* Nombre de pages : 451
* Prix : 15.50 euros




LIAM O'CONNOR
aurait dû mourir en mer en 1912.

MADDY CARTER
aurait dû mourir en avion en 2010.

SAL VIKRAM
aurait dû mourir dans un incendie en 2026.

Mais à la dernière seconde, une mystérieuse agence les a sauvés pour les recruter.

Désormais, ils sont des TIME RIDERS

Leur mission : empêcher que les voyages dans le temps ne modifient le passé... et ne détruisent notre monde.

Alors qu'ils tentent d'arrêter des hommes venus du futur pour coloniser la Rome antique, Liam, Maddy et Sal se retrouvent piégés sous le règne de Caligula, l'empereur fou.


 


 

Je remercie tout d'abord les éditions  Nathan ( et en particulier Samira Chauvin ) pour ce partenariat.


Comme à chaque fois, puisque vous n'êtes pas sans savoir  si vous me suivez que je suis fan de cette saga, j'ai été impatiente de retrouver Liam, Maddy et Sal dans leurs aventures. Et je dois dire que ce dernier tome m'a une fois de plus conquise.

Nous plongeons ici dans le monde terrifiant de Caligula. La Rome antique sous le règne de l'empereur fou offre à l'histoire un décor d'horreur où la torture est pratiquée à grande échelle et au quotidien. Cet état de fait rend ce tome beaucoup plus sombre que les précédents. J'ai trouvé d'ailleurs que certaines scènes étaient particulièrement violentes et ainsi un peu limite pour les lecteurs les plus jeunes. Mais bon, rendons à César ce qui appartient à César !

Le point fort de ce tome est le fait que pour la première fois Bob, Liam, Sam et Maddy sont tous ensemble transportés dans le passé. Mais justement, si l'équipe est au complet " en voyage", qui va les ramener à leur base en 2001 ??? Cette question m'a tenue en haleine tout au long de ma lecture et je dois dire que la solution est très bien trouvée !

Enfin, Alex Scarrow a utilisé ici deux personnages créés par son frère Simon Scarrow. Il s'agit de Macron et Caton. J'ai adoré ces personnages. Ils sont très attachants et s'intègrent très bien à cette histoire.

Pour conclure, je dois dire que les dernières lignes de ce tome m'ont particulièrement intriguée et que je n'ai jamais été aussi impatiente d'avoir la suite entre les mains !

Infos supplémentaires :

* Extrait du prologue

10 AOÛT 2001, BROOKLYN

Joseph Olivera haletait dans une obscurité totale. Le bruit rauque de sa respiration résonnait entre des murs, quelque part, loin dans les ténèbres. Il essaya de se calmer, d'apaiser ses nerfs.
Tu savais que ça se passerait comme ça.
Oui. On lui avait tout raconté : la sensation de chute, le néant laiteux, la légère pression de l'énergie qui recouvrait lentement la peau, telles les mains agiles d'un pickpocket. Il s'y était mentalement préparé, et Waldstein l'avait bien prévenu que la première fois serait la plus difficile.
Mais il ne s'attendait pas à cela. Une nuit profonde.
- II... il y a quelqu'un ?
De l'eau s'égouttait quelque part, peut-être d'un plafond bas. Un faible grondement s'amplifia en passant au-dessus de sa tête avant de se fondre dans le néant.
- Il y a quelqu'un ?
À ce moment-là, Joseph entendit un autre bruit. Un raclement métallique, derrière lui. Il se retourna et vit apparaître un trait de lumière qui s'élargit dans un tintement de chaînes. Il comprit qu'il s'agissait d'un rideau en fer qui se levait. Dehors, il distingua deux pieds, des pavés, le voile gris d'une lumière diffuse.
- Hé-ho !
Une silhouette se pencha pour regarder par-dessous le rideau métallique. Un homme bedonnant, la cinquantaine, barbu avec des lunettes, apparut. Il portait un pantalon en velours côtelé élimé et une veste en laine verte ornée de pièces de cuir aux coudes.
- Hé-ho ! répéta-t-il.
Joseph s'accroupit de façon à ce que la lumière du dehors capte son visage.
- S-suis-je au bon endroit ? Le barbu émit un petit rire.
- Ah ! Vous devez être notre nouvelle recrue.
Il se courba, passa sous le rideau métallique et fit quelques pas de l'autre côté, cherchant un interrupteur à tâtons.
Un néon pétilla au-dessus de Joseph. Il comprit qu'il se trouvait sous une arche en briques. Ça sentait le ciment humide et l'urine. Dans un coin, il distingua un amoncellement de rouleaux de fils électriques flanqués d'une dizaine de cartons ornés d'images de vieux ordinateurs. Des bribes de la technologie balbutiante du début du XXIe siècle.
- C-ce n'est pas le bon endroit ? s'inquiéta Joseph. L'homme sourit et s'avança vers lui. Ses semelles firent craquer des éclats de verre qui jonchaient le sol crasseux.
- Si, c'est bien là, assura-t-il en lui tendant la main. Mon nom est Frasier Griggs, au fait.
- Joseph Olivera.
- Je dois admettre que ça n'a pas beaucoup d'allure pour le moment. Je suppose que M. Waldstein vous a expliqué qu'on vient juste d'arriver ?
Joseph hocha la tête en signe d'acquiescement.
- Mais je... je pensais...
- Vous pensiez que ce serait plus grand ? -Oui.
Frasier rit de nouveau.

* Tome 6 :

  sortie prévue pour octobre 2013.

* Infos sur Simon Scarrow sur Babelio :

 

Ma note

 

Ce livre compte pour le challenge suivant 

 


4 commentaires:

  1. ça donne envie de se remettre à la lecture.
    J'adore le thème.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  2. J'adore cette série et c'est vrai que la fin de ce tome est inrguante .

    RépondreSupprimer
  3. Je suis en plein dedans et j'aime tjs autant :)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai hâte de le lire. Ce mois-ci sûrement.
    En tout cas ton avis me donne encore plus envie.

    RépondreSupprimer