mercredi 13 mai 2015

On reconnait le bonheur au bruit qu'il fait en s'en allant de Marie Griessinger


 




* Éditions : Albin Michel
* Date Sortie :  Mars 2015
* Nombre pages : 128
* Prix : 12 euros
* Lien chez Albin Michel : Ici







Jean-Michel sombre dans la nuit, absent à tout. Sa femme lutte avec une force douce et rageuse à ses côtés, s’épuisant à croire que son amour inébranlable pourra faire revivre l’homme qu’il fut.

Leur fille assiste impuissante au lent déclin de ce père tant aimé. Comme pour défier le destin, elle convoque les souvenirs des jours heureux, d’un bonheur que rien ne pourra effacer.

Avec une simplicité et une sincérité bouleversantes, Marie Griessinger exprime dans ce premier roman sobre et émouvant la douleur de toute perte, mais aussi l’amour d’une fille pour son père.



 
Marie Griessinger prend sa plume pour nous parler de son père, de sa mère, de ses parents ensemble et puis d'elle. Elle nous fait part tour à tour d'anecdotes du présent et du passé, sans aucun ordre chronologique. Ce ne sont ici que de petits bouts d'histoires, leur histoire, tous mélangés mais qui nous parlent toujours des mêmes personnes : ce trio uni pour le meilleur comme pour le pire.
 
Son écriture est simple, les chapitres sont courts, le livre se lit aisément et rapidement. Mais les mots sont efficaces. Nous prenons conscience de l'ampleur des souffrances qui jalonnent le quotidien de la personne malade tout autant que de celui de son entourage.
 
Sa manière de décrire son papa malade m'a bouleversé. Avec beaucoup de pudeur et de douceur, beaucoup d'amour aussi, elle nous dévoile la souffrance qu'elle percevait derrière le regard souvent vide de son père, son impuissance face à la souffrance de cet être qu'elle chérie profondément... Et c'est çà justement qui me touche, c'est de savoir (et ohhh comme je le sais maintenant depuis l'année dernière...) que l'amour ne suffit pas, nous nous retrouvons parfois démunie et malgré nos plus intenses souhaits, nous ne pouvons apporter aucune aide à une personne que nous aimons fort et qui est dans la douleur et la maladie...
 
J'ai trouvé admirable la position de la maman de Marie Griessinger. "C'est une sainte femme !" ai-je envie de dire en pensant à elle. A aucun moment, même dans les périodes les plus difficiles, même lorsque les professionnels démissionnent, cette femme ne lâche son mari. Et malgré son âge avancé, elle reste auprès de lui et lui donne tout l'amour possible pour l'accompagner. Que j'admire cette femme ! J'espère n'avoir jamais à passer par là, mais si un jour je dois malheureusement traverser cette douloureuse épreuve, j'espère de tout cœur avoir le même courage que cette femme.
 
Enfin, car en plus d'être une épouse, je suis la fille de mon père... Les mots de Marie Griessinger m'ont également beaucoup touché par rapport à elle même. J'ai sentie tellement de culpabilité parfois dans ses propos, mais comment faire autrement ? Nous sommes que des êtres humains ! Et un papa, c'est un pilier, un roc, la force la plus puissante qui puisse exister, la protection inébranlable face au monde entier ! On reste malgré tout, au fond de nous, la petite fille à papa ... Et dans nos yeux, malgré les années écoulées, il reste un petit peu de cette vision idéalisée du papa ! Comment accepter de le voir diminuer? de le voir souffrir ? de le voir s'éteindre... C'est inacceptable, intolérable, insupportable ... Alors oui, au cours de cette lecture, je me suis imaginer à plusieurs reprises à la place de cette femme et je me dis que j'espère mais je ne suis pas sûre d'avoir le même courage qu'elle.
 
Vous l'aurez sans doute compris en lisant cet avis. Ce livre ne contient que 128 pages, il se lit en quelques heures, mais il entraîne après sa lecture de longues heures de réflexion sur cette difficile épreuve qu'est la maladie chez la personne vieillissante. Une épreuve qui malheureusement peut un jour concerner tout le monde ...
 



En bref : Une histoire poignante qui me touche particulièrement car elle me fait peur... Comment réagir lorsque la personne que nous aimons ne se souvient même plus qui nous sommes, ce que nous avons été l'un pour l'autre, a oublié l'amour qui nous unissait ??? Comment accepter cette injustice ? J'espère de tout cœur n'avoir jamais à vivre cette situation, et encore moins avec mon père ou avec mon mari ...

Ma note :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire