dimanche 21 juin 2015

Ma fille, Marie de Nadine Trintignant






* Éditions : Fayard
* Date Sortie : octobre 2003
* Nombre pages : 168
* Prix : 12.20 euros
* Lien chez Fayard : Ici







Je t'aime, ma fille chérie. Je t'aime à jamais.
Peut-être parviendrai-je un jour à ne plus être obsédée par les horribles images de la fin de ta vie.
J'arriverai à penser à toi avec douceur, et à te sourire.
Peut-être.
Je ne suis sûre de rien.
N. T.






J'avais été bouleversé par ce drame ... Je me posais la question : " mais comment peut on en arriver   là  ? " ... Et j'avais , à l’époque, entendu parlé de ce livre. J'ai été intriguée, mais sans doute pas encore prête à le lire. J'étais jeune et jeune maman, j'avais sans doute besoin de croire encore que "le monde il est beau !".

Je suis tombée par hasard sur ce livre au cours de ma dernière visite j'ai mon marchand de livres d'occasion et je m'en suis immédiatement emparé, c'est le moment ....

C'est bouleversant, çà nous noue les tripes .... Surtout que ces mots sont ici des cris de douleur d'une mère qui ne pourra plus serrer dans ses bras son enfant. Je n'ai pas perdu d'enfant, mais j'ai perdu récemment ma mère et j'ai un terrible aperçu de ce qu'est la douleur de la perte d'une personne qu'on aime profondément. Je comprends, je comprends cette volonté de prolonger le plus longtemps possible la possibilité de tenir une main, je comprends cette souffrance même si de mon expérience je n'en distingue que les prémices... Car je me doute bien que de perdre son enfant, comme cela, ce doit être insoutenable....

Le discours est parfois redondant. Mais comment en vouloir à cette maman qui ne fait ici qu'écrire souvent la nuit au cours de ses insomnies à sa fille perdue ... Nadine Trintignant dit souvent ne pas comprendre pourquoi elle n'a pas ressenti que sa fille avait besoin d'elle. Il est vrai qu'en tant que maman, il me semble à moi aussi que je devrais ressentir quelque chose au plus profond de moi si un jour un de mes enfants est en danger et a besoin de moi, c'est même pour moi une évidence.... Et bien non.... Apparemment cette magie ne s'opère pas toujours...

Cette lecture a été déchirante pour moi, pour moi en tant que maman mais aussi pour moi en tant que femme. Comment peut on tuer avec autant de violence et s'en excuser en parlant d'amour ... L'amour est sensé être beau, doux, chaud, délicat, tendre ... Même si c'est utopique de ma part de penser ainsi, je préfère garder mes rêves de petite fille et croire encore en la beauté humaine et au sentiment amoureux ...

Je vais m'arrêter là, non pas que je n'ai plus rien à dire car c'est bien le contraire... J'arrête là tout simplement car je ne souhaite pas user de mots léger comme le vent mais je souhaite plutôt agir ... Et j'ai déjà souvent agis dans ce type de situation malheureusement ...



En brefUne lettre, un cri d'amour, une grondement de haine contre l'injustice ... Une mère qui a injustement perdu sa "Fifille" ...

Ma note :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire